L’INDE MARQUE UN JALON IMPORTANT DANS L’ESPACE

L’Inde a marqué un jalon important  ce vendredi dans l’espace, quand elle a mis en orbite son 100ème satellite Cartosat-2F avec succès en utilisant sa fusée PSLV-C40. Ce succès du lancement et de la mise en orbite du satellite d’observation de la Terre Cartosat-2F a fortement stimulé le moral des scientifiques spatiaux indiens.  Cela a renforcé la confiance dans la fiabilité de la fusée PSLV (Polar Satellite Launch Vehicle), qui a émergé en tant qu’instrument de confiance de l’Organisation de recherche spatiale indienne (ISRO). Le lancement a été un test décisif pour le cheval de bataille PSLV de l’Inde en termes de fiabilité et de robustesse. Bien que le PSLV ait mené à bien 39 lancements réussis consécutifs, l’ISRO a pris une période de quatre mois pour revisiter certaines zones cruciales et en ressortir avec grand succès.

Un fait intéressant, comme l’a révélé une analyse subséquente, le lancement du PSLV-C39 a échoué surtout a cause de la séparation du bouclier thermique qui n’a pas eu lieu et que le quatrième étape du PSLV-C39, ainsi que le bouclier thermique et le satellite deviennent des débris spatiaux. Cependant, tout le reste du véhicule de lancement, y compris la première étape, le deuxième étape, le troisième étape et les événements de séparation, se sont déroulés normalement.

Le lancement de vendredi était significatif pour d’autres raisons également. Il a ramené l’ISRO dans le jeu quatre mois après l’échec de sa précédente mission PSLV en août dernier. En plus, avec un poids de 710 kg, Cartosat-2F,  c’est le satellite le plus lourd qui a été lancé par le PSLV.

A part le Cartosat-2F, la mission transportait également 30 satellites plus petits – un microsatellite et un nano satellite de l’Inde ainsi que trois microsatellites et 25 nano satellites de six pays – le Canada, la Finlande, la France, la République de Corée, le Royaume-Uni et les États-Unis. Ce qui est Significatif c’est que les satellites ont été déployés sur deux orbites différentes. Alors que le Cartosat a été relâché sur l’orbite héliosynchrone polaire à une altitude d’environ 510 kilomètres, les 30 micro et nano-satellites ont été libérés à une altitude de 349 kilomètres. Le placement des satellites sur deux orbites différentes a rendu la mission unique, nécessitant plusieurs arrêts et l’allumage de la quatrième étape de la fusée. L’ensemble du processus de décollage ainsi que le processus de placement des satellites sur deux orbites ont pris 2 heures et 21 minutes.

Cartosat-2F est le septième satellite de la série Cartosat de satellites d’observation de la Terre à être déployé sur une orbite héliosynchrone. Son objectif principal est de collecter des cartes géographiques à haute résolution. Les images envoyées par le satellite seront utiles pour les applications cartographiques, les applications urbaines et rurales, l’utilisation des terres côtières et la réglementation. Il sera également utilisé pour la gestion des réseaux routiers, la distribution d’eau, la création de cartes d’occupation des sols, la détection des changements pour faire ressortir les caractéristiques géographiques et artificielles et divers autres systèmes d’information foncière ainsi que les applications de systèmes d’information géographique (SIG). Mais, plus important encore, avec une résolution extrêmement élevée de moins d’un mètre, il sera utile pour la surveillance au long de nos frontières.  

Encouragé  par son palmarès de lancements réussis du PSLV; ISRO offre des services de lancement aux clients internationaux par la voie du PSLV depuis plusieurs années maintenant. Jusqu’à présent, des satellites internationaux de 20 pays ont été mis en orbite avec succès par le PSLV au cours de 15 lancements. La confiance des clients internationaux sur la capacité de lancement en Inde est renforcée par la mission de lancement. Il est maintenant évident  que la capacité de l’Inde de lancer des micro et nano satellites est bien devant en avance de beaucoup d’autres nations aux technologies spatiales comme en témoignent des pays comme les États-Unis qui viennent à plusieurs reprises en Inde pour lancer leurs nano-satellites.

Grace au succès de la première mission de l’année 2018, l’ISRO peut s’attendre à d’autres missions importantes pour l’année, dont Chandrayaan-II, l’ambitieuse deuxième mission sur la Lune, qui devrait décoller au mois de mars.   La mission utilisera le plus grand lanceur de satellites de l’ISRO, le lanceur satellite géostationnaire (GSLV) -Mark III. Contrairement à la mission précédente, Chandrayaan-II ne sera pas une mission orbitale. Il va poser un véhicule mobile sur la Lune pour effectuer des études sur la surface.