25 ans de Relations diplomatiques indo-israéliennes

Scénario: Samuel C Rajiv Savolu, Associé, Idsa

L’Inde a établi des relations diplomatiques avec Israël en 1992. C’était 42 ans après la reconnaissance par l’Inde de l’Etat juif en septembre 1950. La reconnaissance elle-même est venue plus de deux ans après que l’état ait été formé en mai 1948. L’opposition de l’Inde au plan de partition de l’ONU qui a donné naissance à Israël, et laprise de position pro-arabe de New Delhi ont été attribuées  à la reconnaissance tardive. Les analystes ont noté que les raisons de l’absence de relations diplomatiques complètes pendant plus de quatre décennies comportent les perspectives de politique étrangère de l’Inde à l’époque de la guerre froide, les contraintes de politiques internes, le manque de progrès sur les aspirations des Palestiniens entre autres. Il convient cependant de noter que, même en l’absence de relations diplomatiques complètes, l’Inde a sollicité et a  obtenu l’équipement  militaire crucial en provenance d’Israël pendant les guerres de 1962, 1965 et 1971.

La fin de la guerre froide et les pourparlers de paix de Madrid de 1991 entre les Israéliens et les Palestiniens, de même que  la libéralisation  de l’économie indienne, sont  les facteurs qui ont eu un impact positif sur la décision du gouvernement PV Narasimha Rao d’établir des relations diplomatiques complète. Le chevauchement des intérêts  – l’industrie israélienne de défense orientée vers l’exportation et le besoin de l’Inde de moderniser son équipement de l’ère soviétique dans un contexte de sécurité de plus en plus exigeant, en plus de la volonté politique nécessaire en Israël et de l’encouragement non partisan de gouvernements successifs à New Delhi, ont gardé nos  relations sur une trajectoire a la hausse. Le commerce bilatéral est passé de  200 millions de dollars dans les premières années à près de 5 milliards de dollars actuellement. Le panier de commerce n’est pas très diversifié –mais avec le polissage du diamant, machines électriques et les engrais qui dominent  la liste, l’Inde et Israël espèrent augmenter le volume de leur commerce une fois que les négociations de l’accord de libre-échange (ALE) sont conclues.

L’engagement stratégique est l’aspect déterminant du partenariat. Pendant la guerre de Kargil de 1999, Israël a fourni des munitions cruciales pour les canons d’artillerie. L’Inde a depuis acheté des équipements de défense de niche comme les AWACS, des véhicules aériens sans pilote (UAV), des radars de surveillance pour la Force aérienne indienne (IAF), des systèmes de défense antimissile (AMD) pour les navires de guerre des forces navales,  les missiles guidés anti-char, les fusils de sniper, les fusils d’assaut, entre autres. Les deux pays développent conjointement des systèmes anti-missiles de défense aérienne pour la marine indienne et l’armée de l’air indienne. Le volume financier du commerce de défense entre l’Inde et Israël est estimé à plus de 10 milliards de dollars cumulatifs et continue de s’élever. Israël joue également un rôle crucial pour répondre aux besoins de développement de l’Inde. Les Centres d’Excellence établis dans divers états traitant de fruits et de légumes spécifiques sont en effet digne d’éloge.

Mais malgré les  interactions institutionnelles solides entre les établissements de sécurité nationale des deux pays, l’engagement politique de haut niveau n’a pas été fréquent. La visite prochaine du Premier ministre M. Modi en Israël aiderait beaucoup à  remédier à cette lacune. Il s’agirait de la première visite ministérielle dans le pays depuis l’établissement des relations diplomatiques. Le Premier ministre israélien Ariel Sharon était venu en Inde en septembre 2003. Le président PranabMukherjee avait effectué une visite d’Etat en octobre 2015 en Palestine et en Israël, tandis que la ministre des Affaires étrangères, SushmaSwaraj, s’étaitrendue en Israël et en Palestine en janvier 2016. De telles interactions politiques de haut niveau sont essentielles pour renforcer davantage le partenariat bilatéral avec un pays clé avec lequel l’Inde a des enjeux importants.

Les interactions entre les peuples continuent d’être robustes, l’Inde étant l’un des principaux pays d’origine des touristes d’Asie vers Israël. Israël espère attirer près de 100 000 Indiens en 2017, par rapport à  environ 35 000 en 2014. 50 000 Israéliens ont visité l’Inde en 2014, représentant  environ 12% des arrivées de touristes étrangers en provenance de la région de l’Asie occidentale. L’engagement de la défense et de la sécurité avec Israël sous le gouvernement Modi va se poursuivre. La lutte contre le terrorisme (CT) et la sécurité intérieure (HLS) est une arène qui pourrait voir la croissance.

La position de l’Inde sur une solution à deux États reste inébranlable. L’Inde maintient son soutien constant à la création d’un Etat palestinien et aux négociations entre Israël et les Palestiniens afind’atteindre cet objectif. Le rôle joué par Israël en tant que partenaire essentiel pour répondre aux besoins stratégiques et de développement de l’Inde est largement reconnu dans l’ensemble du spectre politique. Alors que les deux pays célèbrent 25 ans d’un partenariat dynamique, les relations devraient se consolidées  dans les années à venir.