Le Myanmar ouvre une conférence pour la paix avec les rebelles ethniques

La leader du Myanmar, Aung San SuuKyi et le commandant militaire du pays ont ouvert une grande conférence avec les représentants des groupes minoritaires ethnique afin de tenter d’achever de la paix à long terme après sept décennies de relations tendues et de conflit armé. Lors d’un discours, SuuKyi a dit qu’elle s’inquiétait qu’aucun délai dans la conférence pour la paix aurait un effet sur l’opportunité de son peuple de réaliser de la paix.

On prévoit que la troisième séance de la conférence Panglong du XXIe siècle durera cinq jours. Elle a lieu suite à des réunions tenues en août 2016 et en mai 2017. Ces séances-là ont échoué à faire du progrès quant à résoudre les différences entre le gouvernement, le militaire et les groupes rebelles ethniques qui cherchent plus d’autonomie.

Dans son discours à l’occasion de la journée d’ouverture de la conférence, le commandant militaire, Senior Gen. Min Aung Hlaing a encouragé tous les acteurs du processus de la paix à se mettre d’accord aussitôt que possible, citant le délai dans ce processus comme un contributeur au développement lent du pays.