L’APPROFONDISSEMENT DES LIENS DE L’INDE AVEC LES ÉTATS-UNIS

L’engagement des Indiens avec les États-Unis continue de s’approfondir. Le secrétaire aux Affaires étrangères,  Vijay Gokhale, est à Washington dans le cadre de la préparation de New Delhi pour la tenue du dialogue maintenant bien connu 2 + 2 (deux plus deux) entre les chefs de département de la politique étrangère et des institutions de défense de l’Inde et  des États-Unis.

En septembre, le dialogue indo-américain 2 + 2 aura lieu à New Delhi, où le secrétaire d’État américain Mike Pompeo et la ministre indienne des Affaires étrangères Sushma Swaraj ainsi que le secrétaire américain à la Défense Jim Mattis et la ministre indienne de la Défense Nirmala Sitharaman tiendront des pourparlers directs en vue de renforcer davantage les dimensions quantitatives et qualitatives des partenariats stratégiques bilatéraux entre les deux pays.

Chaque fois qu’il y a un changement de garde à Washington ou à New Delhi, l’on y témoigne certes des changements cosmétiques dans la méthode et la structure des dialogues stratégiques ont lieu.Mais la substance est toujours restée la même. Les problèmes de sécurité nationale sont devenus si complexes et interdépendants qu’il est tout à fait logique d’organiser simultanément des dialogues diplomatiques et de défense entre l’Inde et les États-Unis.

Il est toutefois peu probable que les dialogues 2 + 2 soient faciles et sans probleme pour la simple raison que si la convergence des intérêts stratégiques de l’Inde et des États-Unis est indéniable, les différences de détails et dans certains secteurs sont cruciaux. Seuls des dialogues constructifs et complets peuvent minimiser les différences, maximiser les points communs et empêcher les différences de rompre la relation.

L’absence d’engagements diplomatiques adéquats avait mené à des différends entre l’Inde et les États-Unis. Celles-ci avaient presque menacé de créer des obstacles dans des zones de coopération par ailleurs en pleine expansion dans les domaines de la défense et de la sécurité entre les deux pays. Le dialogue 2 + 2 peut fonctionner comme antidote à la répétition potentielle de tels incidents.

En fait, les différends bilatéraux entre l’Inde et les États-Unis dans quelques domaines clés sont graves et ne peuvent être résolues que par un tel mécanisme de dialogue. La première de ces questions cruciales est la politique iranienne de l’administration Trump. Il a non seulement abandonné l’accord sur le nucléaire iranien, mais il a également imposé de nouvelles sanctions contre l’Iran. L’Iran est la troisième source d’importations d’énergie de l’Inde. L’ambition de l’Inde de contribuer à la création d’un corridor Nord-Sud qui permettrait à l’Inde d’avoir accès aux marchés de l’Afghanistan et de l’Asie centrale pourrait être sévèrement affectée par les sanctions américaines, car les investissements de l’Inde dans le développement du port de Chabahar en Iran pourraient être retardés.

Le deuxième problème est la politique de l’administration Trump envers la Russie. Les États-Unis essaient certainement d’élargir leur marché de la défense en Inde, ce qui n’est pas une évolution indésirable. L’Inde a acheté pour environ 15 billions de dollars d’équipements de défense américains au cours de la dernière décennie. Mais la tentative de Washington d’empêcher la Russie d’entrer sur le marché lucratif de la défense par le biais de sanctions et d’autres mesures semble inutile. Alors que l’Inde a bénéficié d’une dérogation, de telles mesures extrajudiciaires et unilatérales des États-Unis ne peuvent que renforcer la méfiance et créer des obstacles à la bonne mise en œuvre du partenariat stratégique.

Le troisième domaine de divergences potentielles concerne le mécanisme détaillé de protection de la paix, de prévention des conflits et de promotion de la croissance dans la région indo-pacifique. Bien que le gouvernement indien ait accepté le concept d’indo-pacifique, il ne le considère pas comme une stratégie. L’Inde soutient l’idée d’une région indo-pacifique ouverte, libre et inclusive. L’Inde est plus à l’aise avec l’idée d’un corridor de croissance Asie-Afrique et travaille avec le Japon pour le réaliser. L’Inde est moins à l’aise avec tout mécanisme qui ressemblerait à une relique de la stratégie de la guerre froide d’endiguement et d’exclusion.

L’Inde ne peut pas se permettre une démarche conflictuelle comme prêchée et maitenant pratiquée par l’administration Trump, alors que la Chine démontre son pouvoir militaire dans la mer de Chine méridionale et dans certains secteurs des frontières sino-indiennes et de ses pratiques économiques prédatrices dans la mise en œuvre de la proposition OBOR (une ceinture une route)

Le dialogue 2 + 2 peut certainement aider à dissiper ces doutes, à instaurer une confiance mutuelle et à renforcer le partenariat stratégique entre les deux plus grandes démocraties du monde pour un partenariat mutuellement bénéfique.

Texte de : Prof. Chintamani Mahapatra, Pro Vice-Chancelier JNU

Traduit et Lu par Savita P.Taneja