L’Inde mène une nouvelle vague d’énergie

Le ministère des Énergies nouvelles et renouvelables a accueilli la première assemblée de l’Alliance solaire Internationale, la deuxième réunion ministérielle sur l’énergie de l’Association des pays riverains de l’océan Indien et la deuxième exposition et réunion mondiale RE-investir. Les trois événements ont été inaugurés par le Premier ministre indien  Narendra Modi. Le but était d’accélérer les efforts mondiaux visant à intensifier les énergies renouvelables et à connecter la communauté mondiale des investisseurs aux acteurs énergétiques indiens.

 La deuxième édition mondiale de l’exposition et réunion des  Investisseurs dans le secteur des énergies renouvelables organisé par le Partenariat Re-Invest India et l’Alliance solaire Internationale,  a témoigné d’une participation de plus de 20 000 délégués de plus de 77 pays, dont 40 au niveau ministériel. L’Assemblée a été témoin de la participation de dignitaires des Nations Unies, de présidents des banques multilatérales de développement, de fonds mondiaux, d’institutions financières internationales et de représentants du secteur des entreprises. Au cours de la réunion  RE-Invest 2018, neuf sessions de pays ont été organisées par les principaux pays d’énergies renouvelables tels que la France, les États-Unis, l’Australie, le Royaume-Uni, la Finlande et l’Union européenne.

Soulignant le rôle clé que l’Alliance solaire Internationale jouerait dans l’espace solaire mondial, le Premier ministre Modi a déclaré: «L’Alliance solaire Internationale est une plate-forme pour la justice climatique. C’est un cadeau que nous faisons aux générations futures. À l’avenir, l’alliance deviendra probablement ce que l’OPEP est actuellement pour le monde ». L’énergie solaire jouera le rôle que jouent actuellement les puits de pétrole.

La présence du Secrétaire Général de l’ONU, témoigne de l’importance de l’Alliance solaire Internationale  pour l’ONU. Le Premier ministre indien a ajouté que les défis énergétiques des pays membres de l’Association des pays riverains de l’océan Indien étaient similaires et que, pour les résoudre, nous devions nous concentrer sur les énergies renouvelables. En 2030, l’Inde s’est fixé pour objectif de produire 40% d’énergie à partir de combustibles non fossiles. . Et d’ici 2022, nous dépasserons avec succès l’objectif de 175 GW d’énergie renouvelable. Une proposition clé présentée par le Premier ministre lors de la cérémonie inaugurale portait sur «Un monde, un soleil et une grille».

Le Secrétaire Général de l’ONU, Antonio Guterres, a souligné que le changement climatique était en train de devenir une menace existentielle directe. «Il est clair que nous témoignons d’une révolution mondiale des énergies renouvelables. Cependant, ce qui nous manque encore, c’est l’engagement politique à réaliser les objectifs pour lesquels il faut plus d’ambition et plus d’action ».

M.Raj Kumar Singh, ministre d’État chargé de l’énergie et des énergies renouvelables, a déclaré: «Notre Premier ministre nous a lancé un autre défi d’ un monde, un soleil et un réseau. C’est faisable et nous y parviendrons également. “

 21 pays ont adopté la Déclaration de Delhi sur les énergies renouvelables, qui appelle les États membres de l’Association des pays riverains de l’océan Indien, à collaborer pour répondre à la demande croissante d’énergie renouvelable dans les zones littorales de l’océan Indien, élaborer un programme commun d’énergie renouvelable pour la région de l’océan Indien et promouvoir le renforcement des capacités régionales.

L’investissement d’environ 76 milliards de dollars américains est nécessaire pour réaliser la vision de l’Inde2022; et seulement  les fonds publics ne suffiront pas. C’est pourquoi un capital privé novateur est nécessaire pour que le rêve du Premier ministre Modi devienne la réalité. Des partenariats mondiaux stratégiques pour la standardisation de l’énergie propre, la mise en place d’un mécanisme de sécurité des paiements permettant d’accélérer les paiements dans le secteur des énergies renouvelables et une approche collaborative contribueront grandement à améliorer l’efficacité. Pour parvenir à une croissance de l’énergie renouvelable, il est nécessaire de prendre des décisions politiques rapides ainsi qu’une aide collaborative entre les continents, y compris l’Afrique, afin de contrer le monstre gigantesque du changement climatique.

 Pour tenter de passer au vert, l’Inde a déjà montré la voie à suivre puisque le secteur indien des énergies renouvelables a augmenté de 81% au cours des trois dernières années, de 2015 à 2018. L’objectif de l’Inde est de générer 40% d’énergie non fossile d’ici 2030 et 175 GW d’énergie renouvelable d’ici  2022,  est non seulement ambitieuse, mais réalisable aussi. L’Inde est un marché énorme pour les énergies renouvelables, les entreprises du monde entier peuvent investir et s’accroître.

Texte de  Yogesh Sood,  journaliste

Traduit et Lu par : Savita P.Tanej