Les bombardements de 2017 en Syrie, menés par les Etats-Unis, sur la ville de Raqa, ont fait 1600 pertes civiles, selon un rapport d’Amnesty International

Jeudi, Amnesty International et l’organisme de surveillance Airwars on dit que les bombardements intensifs de la coalition, dirigée par les Etats-Unis, sur la ville de Raqa, en Syrie, ont causé la mort de plus de 1600 civiles durant plus de quatre mois en 2017.

Les organisations humanitaires ont dit que la coalition a avoué être responsable pour environ 10 pourcent de ces décès.

Les constatations ont été rassemblées après des mois de recherche sur le terrain ainsi que de nombreuses analyses de données, incluant un projet qui impliquait 3000 activistes qui ont utilisé des images, en ligne, des images d’un balayage satellite. Ces organisations humanitaires ont exhorté les membres principaux de la coalition à montrer plus de transparence et de responsabilité.

La coalition a répondu en disant que les rapports, soumis par diverses sources, faisaient l’objet d’enquêtes, y compris les rapports d’Amnesty International, en respect des lois humanitaires internationales.

En mi-2017, la ville de Raqa avait été de facto la capitale Syrienne du califat du groupe transfrontalier de l’Etat Islamique durant trois ans. La coalition, dirigée par les Etats-Unis, avait lancé une campagne militaire pour écraser les Djihadistes et leur centre principal restant.