La visite à New Delhi de Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères.

La visite du ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, à New Delhi a eu lieu à l’époque de l’escalade du conflit entre les États-Unis et l’Iran. Cela signifie la position de l’Inde dans le calcul de la politique étrangère iranienne. Le ministre iranien des Affaires étrangères a rencontré la ministre indienne des Affaires extérieures et a mené des discussions constructives sur toutes les questions bilatérales d’intérêt commun entre les deux pays. Cette réunion a permis aux deux dirigeants de s’échanger des vues sur l’évolution de la situation régionale, y compris la question de l’Afghanistan.

Alors que l’Inde partage des relations de civilisation avec l’Iran depuis des millénaires, les liens mutuels de ces pays ont récemment été profondément renforcés grâce à leurs partenariats dans les domaines de l’énergie et de la connectivité. L’Iran occupe une place de choix dans le domaine de la sécurité énergétique de l’Inde et figure depuis longtemps parmi les principaux fournisseurs indiens de pétrole. Même pendant l’actuelle phase des sanctions américaines contre l’Iran dans lesquelles Washington a refusé la prolongation les dérogations d’importation de pétrole à un pays quelconque; l’Inde a décidé de continuer à importer du pétrole iranien. L’Inde avait suivi la même démarche lors de la dernière phase des sanctions imposées par les États-Unis avant l’accord nucléaire, en continuant d’importer du pétrole brut iranien en dépit de restrictions strictes imposées aux processus de paiement. Téhéran a dûment reconnu le soutien de l’Inde à l’Iran pendant cette période et c’est dans ce contexte qu’il convient de prendre connaissance de la visite en cours de M. Zarif.

L’Inde partage également un partenariat stratégique avec les États-Unis, avec lesquels l’Iran a les relations tendues depuis environ quatre décennies depuis la révolution islamique de 1979. Ces dernières années, les États-Unis sont devenus l’une des plus importantes sources d’approvisionnement en matière de défense de l’Inde. L’Inde partage également avec les États-Unis une relation multidimensionnelle et de nombreuses entités indiennes ont d’énormes intérêt commerciaux aux États-Unis. Dans un tel scénario, les relations respectives de l’Inde avec les États-Unis et l’Iran placent l’Inde dans une position cruciale. Sous l’angle positif, ce positionnement de l’Inde peut également jouer un rôle de médiateur dans la résolution de la crise actuelle si New Delhi l’accepte.

Bien que l’Inde ne soit pas partie au Plan d’action global commun convenu entre les permanents 5 + 1 (tous les 5 membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne) et l’Iran, New Delhi s’est félicité de l’accord nucléaire. L’Inde considérait cet accord nucléaire comme un moyen efficace de disséminer la crise entourant la controverse nucléaire iranienne. L’Inde a reconnu que l’Iran avait toujours respecté les termes de l’accord, dont les États-Unis se sont retirés unilatéralement. Maintenant que l’Iran a lui aussi décidé de réduire certains de ses engagements dans le cadre de l’accord nucléaire en réponse à la récente politique des États-Unis, l’Inde se trouve dans une situation où elle pourrait être amenée à procéder à de nouveaux ajustements dans le cadre de son évolution.

Le retrait unilatéral des États-Unis et de la position adoptée ultérieurement par le Président Donald Trump contre l’Iran, notamment par un déploiement militaire dans le golfe Persique, a créé une situation très grave dans la région. Toute erreur de calcul de la part des deux parties pourrait aggraver le conflit de graves répercussions non seulement pour la région, mais bien au-delà. Le fait que la région du Golfe relève du voisinage élargi de l’Inde n’est pas bon pour un tel conflit en Inde.

Dans le scénario qui prévaut, la visite à New Delhi, du ministre iranien des Affaires étrangères pourrait être envisagée du point de vue de la reconnaissance par l’Iran du soutien apporté par l’Inde en ces temps difficiles, ainsi que des efforts déployés par Téhéran pour rechercher les moyens de continuer à exporter du pétrole iranien vers l’Inde dans le cadre de la phase actuelle des sanctions américaines. Il est également possible que, lors de la visite de Javad Zarif, l’Iran ait signalé à l’Inde de jouer un rôle déterminant dans la diffusion des tensions entre l’Iran et les États-Unis, les deux pays avec lesquels l’Inde entretient des relations amicales.

Texte du Dr. Asif Shuja, analyste des affaires stratégiques sur l’Iran

Traduction : Savita P.Taneja. Responsable du service français de AIR