La visite en Chine du ministre indien des Affaires extérieures pour renforcer les liens

Le ministre indien des Affaires extérieures, S. Jaishankar, s’est officiellement rendu à Beijing pour participer à la réunion du Mécanisme de haut niveau sur les échanges culturels et entre les peuples. La visite visait principalement à préparer le terrain pour la prochaine visite en Inde, du Président chinois Xi Jinping plus tard cette année pour la deuxième série de réunions informelles de type “Wuhan” avec le Premier ministre Narendra Modi. Les deux parties commémorent également le 70e anniversaire des relations diplomatiques. Le texte législatif du Parlement indien relatif au Jammu-et-Cachemire figurait également dans les discussions entre les deux ministres des Affaires étrangères.

M.Jaishankar a eu des entretiens avec le vice-président chinois Wang Qishan. Les deux parties ont discuté de l’évolution de la situation mondiale et du rééquilibrage plus large reflétant la montée de l’Inde et de la Chine en tant que grandes puissances régionales et mondiales dans l’équilibre en émergence.

Bien que cela soit la première visite en Chine du nouveau ministre indien des affaires extérieures; ayant déjà été ambassadeur en Chine et étant un champion lui-même des affaires dans ce pays, la Chine est un territoire familier pour M. Jaishankar.

Il a eu des discussions approfondies et productives avec son homologue chinois Wang Yi. Au cours des débats, le ministre chinois des Affaires étrangères a évoqué les développements relatifs à la législation adoptée par le Parlement indien sur le Jammu-et-Cachemire. Le ministre indien a clairement indiqué qu’il s’agissait d’une affaire interne de l’Inde et que la question était liée à la modification d’une disposition temporaire de la Constitution indienne, qui est l’unique prérogative du pays. Il a également été indiqué que les mesures législatives visaient à promouvoir une meilleure gouvernance et un développement socio-économique dans le Jammu-et-Cachemire et qu’il n’y avait aucune incidence sur les frontières extérieures de l’Inde ni sur la ligne de contrôle effectif (LAC) dans la zone frontalière Inde-Chine.

Il a également été mentionné que l’Inde n’émettait aucune revendication territoriale supplémentaire et que les préoccupations de la Chine à cet égard étaient mal placées. L’Inde a indiqué que, en ce qui concerne la question de la frontière entre l’Inde et la Chine, les deux parties étaient convenues d’un règlement juste, raisonnable et mutuellement acceptable de la question de la frontière sur la base des paramètres politiques et des principes directeurs de 2005. Répondant à l’observation du ministre chinois des Affaires étrangères sur les prétendues tensions entre l’Inde et le Pakistan, M. Jaishankar a souligné que celles-ci n’avaient aucune incidence sur le Pakistan, car c’était une affaire intérieure de l’Inde.

Au cours des discussions, les deux parties ont réaffirmé que le maintien de la paix et de la tranquillité dans les zones frontalières indochinoises était essentiel au développement des relations bilatérales. En ce qui concerne les relations commerciales et économiques bilatérales, bien que les relations économiques se soient améliorées; l’augmentation du déficit commercial contre l’Inde était un sujet de préoccupation. Il a été répété que la partie chinoise devrait prendre des mesures pour remédier à ce problème en permettant un meilleur accès des produits et services pharmaceutiques et informatiques indiens sur les marchés intérieurs chinois.

Le ministre indien des Affaires extérieures a expliqué que l’avenir des relations sino-chinoises dépendra de la sensibilité mutuelle aux préoccupations réciproques, ce qui est naturel. Les deux pays voisins étant de grands pays en développement, la relation entre les deux pays soulèverait des problèmes. Mais les différences ne doivent pas devenir des différends, comme l’ont convenu les dirigeants des deux pays. Cela reflète la maturité croissante des deux pays.

Au cours de la visite, cinq (cinq) protocoles d’accord ont également été signés entre les deux pays. Ces protocoles d’accord portent sur la coopération dans les relations bilatérales pour l’année 2020, la coopération dans le domaine du sport, les échanges culturels, la coopération entre les deux pays dans le domaine de la médecine traditionnelle et la coopération entre le Musée national de l’Inde et le musée provincial de Hubei en Chine.

 Texte du Dr. Rupa Narayan Das, analyste stratégique sur les affaires chinoises

Traduction : Savita P.Taneja, Responsable du service français d’ESD, AIR.

                                           ___________