Les liens énergétiques Indo-Américains vont  témoigner d’un bond significatif

Lors de sa dernière visite aux Etats-Unis, le Premier ministre indien Narendra Modi avait écrit un tweet à son arrivée à Houston qu’il “est impossible de venir à Houston et de ne pas parler d’énergie!” Le choix de Houston, au Texas, l’un des épicentres d’énergie du monde, étant le premier port d’escale de M. Modi visait à indiquer clairement que les liens énergétiques occupent une place centrale dans les relations indo-américaines. Le tweet du Premier ministre Modi vient s’ajouter à sa rencontre avec les plus grands dirigeants mondiaux de l’énergie, dans le but de tirer parti des investissements dans le secteur de l’énergie. Lors de l’impressionnant événement «Howdy Modi», M. Modi et le Président des États-Unis, Donald Trump, ont souligné que le secteur de l’énergie constituait l’une des pierres angulaires du partenariat stratégique bilatéral.

Les deux dirigeants ont réaffirmé le partenariat énergétique stratégique entre les États-Unis et l’Inde lors de leur réunion de juin 2017. Le «Plan énergétique d’Amérique d’abord» du Président Trump vise à explorer et à exploiter des réserves non exploitées de schiste, de pétrole et de gaz en supprimant les obstacles juridiques et en matière d’investissement. La croissance rapide de l’Inde nécessite une consommation élevée d’énergie et sa politique est donc axée sur la recherche de sources d’énergie alternatives et la réduction de la dépendance vis-à-vis de l’approvisionnement en énergie à l’égard de quelques pays. Les politiques de l’Inde sont adaptées à la transition vers une économie basée sur le gaz et sur le respect des engagements pris à Paris en matière de changement climatique (CdP 21).

L’Inde et les États-Unis ont été les destinataires des cartels de l’énergie. L’Inde s’est efforcée d’aller au-delà des pays du Golfe afin de réduire la dépendance excessive à l’égard des importations de brut provenant du Moyen-Orient. Les États-Unis deviennent rapidement une source majeure d’approvisionnement en pétrole et en gaz en Inde. Les importations de brut en provenance des États-Unis, qui ont débuté en 2017, ont considérablement progressé en l’espace de deux ans seulement. L’Inde a reçu le premier envoi de gaz l’année dernière et l’augmentation des importations en provenance des États-Unis contribuera à réduire le déficit commercial – une préoccupation que les États-Unis ont souvent soulevée avec l’Inde.

Afin de faire progresser l’accès à l’énergie, la sécurité énergétique et l’efficacité énergétique, les deux pays ont organisé la première réunion de partenariat stratégique sur l’énergie l’année dernière. La réunion, coprésidée par le ministre indien du Pétrole et du Gaz naturel, Dharmendra Pradhan, et le secrétaire américain à l’Énergie, Rick Perry, a décidé de s’articuler autour de quatre piliers principaux de la coopération, à savoir (1) pétrole et gaz (2) énergie et efficacité énergétique (3) énergie renouvelable  et croissance durable et (4) charbon.

Les sociétés indienne Petronet LNG Ltd et Tellurian Inc, basée aux États-Unis, ont signé un pacte de 7,5 milliards de dollars, dont des investissements de 2,5 milliards garantiraient la participation de 18% de Petronet dans le terminal d’exportation de Driftwood LNG. Petronet aura des droits sur 5 millions de tonnes métriques de GNL par an, ce qui correspond à son investissement en actions. Cet accord, signé en présence du Premier ministre indien, est l’un des plus importants engagements en matière d’investissements étrangers aux États-Unis dans le secteur des gaz de schiste.

Par ailleurs, des sociétés indiennes telles que Indian Oil Corporation et Bharat Petroleum ont conclu des accords pour transporter le brut américain en quantités substantielles, tandis que des sociétés tels que GAIL et Reliance ont investi dans des projets gaziers américains pouvant également bénéficier d’une technologie de pointe dans l’exploration et de production de gisements de pétrole et de gaz en Inde par le biais de transferts de technologie.

Au cours de leurs délibérations avec le Premier ministre indien, les PDG du secteur énergétique mondial ont été optimistes quant aux investissements dans les projets de transition énergétique de l’Inde et se sont félicités du climat d’investissement libéral et de la réduction des taux d’imposition des sociétés. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a noté que les investissements étrangers en Inde dans l’énergie avaient augmenté de 85 milliards de dollars sous le régime Modi, ce qui représente une augmentation record de 12% et la plus forte croissance au monde. L’Inde offrira des opportunités d’investissement de l’ordre de 300 milliards de dollars dans le secteur des hydrocarbures au cours de la prochaine décennie.

Parmi les autres initiatives du secteur de l’énergie indo-américaines, on peut citer le partenariat sur le nucléaire civil très prisé, les investissements dans les réseaux électriques et les lignes de transport dans le cadre du programme PACE (Partnership for Advance Clean Energy ou Partenariat pour une énergie propre avancée), et ainsi de suite. Les relations indo-américaines s’améliorent et l’on est prêt pour un bond en avant dans les liens énergétiques dans les années à venir.

Texte de Satyajit Mohanty, IRS, analyste économique principal

Traduction : Savita P.Taneja, Responsable du service français de ESD, AIR.