La semaine au parlement

La Nation a célébré mardi le 26 novembre la Journée de la Constitution marquant l’adoption de la Constitution indienne par l’Assemblée constituante en 1949. La Constitution est entrée en vigueur le 26 janvier 1950, marquant le début d’une nouvelle ère dans l’histoire de la république indienne. Dans le cadre des célébrations, une séance commune des deux chambres s’est tenue dans le hall central du Parlement. S’adressant à la séance commune, le président Ram Nath Kovind a déclaré que les droits et les devoirs sont indissociables et a demandé aux citoyens d’être conscients de leurs devoirs. Il a déclaré que les personnes doivent s’acquitter de leurs tâches et créer ainsi des conditions garantissant la protection effective de leurs droits. Il a publié un volume sur le rôle de Rajya Sabha dans la démocratie parlementaire indienne, une pièce de monnaie et un timbre commémoratifs marquant la 250e session de la Rajya Sabha. Il a également inauguré une exposition numérique. Le Premier ministre indien Narendra Modi a invoqué les aspirations de l’architecte en chef de la Constitution, Dr B R Ambedkar. Il a décrit la Constitution comme un livre sacré et un phare. Il a évoqué la force et l’inclusivité de la Constitution, soulignant qu’elle met en avant les droits et les devoirs des citoyens, ce qui constitue son aspect particulier. Le vice-président, M. Venkaiah Naidu, qui est également président de la Rajya Sabha, a déclaré qu’au cours des 70 dernières années, le pays avait non seulement adhéré à sa constitution démocratique, mais qu’il avait également fait d’énormes progrès pour donner vie à la constitution et approfondir l’esprit démocratique

Le ministre des Affaires extérieures, SJaishankar, a informé mercredi le Lok Sabha que l’Inde avait contrecarré les tentatives du Pakistan de présenter une situation alarmiste dans la région à la suite de la réorganisation du Jammu-et-Cachemire. Il a ajouté qu’Islamabad avait utilisé à plusieurs reprises une propagande mensongère et malveillante contre l’Inde sur la question du Jammu-et-Cachemire dans des forums internationaux telles que les Nations Unies, le Conseil des droits de l’homme et l’Organisation de la coopération islamique.

Le ministre a toutefois déclaré que New Delhi avait complètement déjoué toutes les tentatives d’Islamabad. Il a ajouté que des pays avaient demandé au Pakistan de ne permettre en aucun cas l’utilisation de son territoire à des fins terroristes.

Le ministre d’Etat de l’Intérieur, G. Kishan Reddy, a déclaré mercredi à la Rajya Sabha que des groupes terroristes basés au Pakistan tentaient de réactiver les installations de Balakot, qui avaient été frappées par des raids aériens en février de cette année. Il a ajouté que des groupes terroristes tentaient de réactiver son camp de Balakot et de relancer les activités djihadistes contre l’Inde.

Le ministre d’Etat de l’Intérieur, G. Kishan Reddy, a déclaré mercredi à la Rajya Sabha que des groupes terroristes basés au Pakistan tentaient de réactiver les installations de Balakot, qui avaient été frappées par des attaques aériennes en février de cette année. Il a ajouté que des groupes terroristes tentaient de réactiver son camp de Balakot et de relancer les activités djihadistes contre l’Inde.

La ministre indienne des Finances, Nirmala Sitharaman, a déclaré mercredi que l’économie du pays ne faisait face à aucune récession et que le gouvernement prenait des mesures concrètes pour la renforcer davantage. Répondant à une discussion de courte durée à la Rajya Sabha sur la situation économique du pays, elle a déclaré que plusieurs mesures avaient été prises pour renforcer l’économie.

Le ministre d’État aux Affaires extérieures, V. Muraleedharan, a informé la Rajya Sabha jeudi qu’un groupe de 27 membres du Parlement européen (MPE), appartenant à différents partis politiques, s’est rendu en Inde du 28 octobre au 1er novembre 2019, à l’invitation de l’Institut international d’études non alignées, un groupe de réflexion basé à Delhi. Ils avaient exprimé le souhait de se rendre au Cachemire pour comprendre les effets du terrorisme sur l’Inde. Les réunions ont donc été facilitées pour les députés, comme cela a déjà été fait lors de certaines visites de dignitaires étrangers. Lors de la visite, le ministre a déclaré que les députés avaient pu comprendre comment le terrorisme constituait une menace pour l’Inde, en particulier dans le territoire de l’Union du Jammu-et-Cachemire. Il a déclaré que ces échanges correspondaient aux objectifs de la politique étrangère de l’Inde en ce qui concerne la promotion de contacts interpersonnels plus profonds et contribuaient en fin de compte à promouvoir les relations plus larges que New Delhi entretient avec d’autres pays.

Texte: V. MOHAN RAO, Journaliste