Oman: La Fin D’une Ère

Marquant la fin d’une époque, le sultan Qaboos bin Said Al Said, qui a dirigé l’Oman pendant cinq décennies, est décédé le 10 janvier, après une longue maladie et a ouvert la voie au changement de garde dans l’important État du Golfe. Le sultan Qaboos était un souverain de grande renommée et était respecté dans le monde entier. Le sultan de 79 ans a assuré la stabilité et la politique étrangère indépendante d’Oman tout en équilibrant les puissances régionales de l’Arabie saoudite et de l’Iran. Après avoir déposé son père conservateur, Said bin Taimur lors d’un coup d’État sans effusion de sang en 1970, le sultan Qaboos a écrasé la rébellion Dhofar, aboli l’esclavage, conduit l’Oman sur la voie de la modernisation, présenté la première constitution écrite en 1996 et a encouragé l’autonomisation des femmes par leur implication dans le domaine  politique, les affaires et les sports. Le père d’Oman moderne est largement connu pour ses efforts de médiation en raison de son rôle crucial dans la signature de l’accord iranien sur le nucléaire de 2015 et de son rôle de médiateur dans le rapprochement des parties belligérantes au Yémen.

Les spéculations sur une succession difficile en Oman en raison de l’absence d’héritier naturel ont été abandonnées lorsque le conseil de famille a décidé de choisir le successeur de l’ancien sultan, à savoir Haitham bin Tariq al Said, cousin du sultan Qaboos; avait étudié à Oxford avant de diriger le ministère de la Culture et du Patrimoine dans le Sultanat. Le nouveau sultan a hérité d’un pays où Qaboos a gouverné à lui seul en tant que Premier ministre, ministre de la Défense, des Finances et des Affaires étrangères et gouverneur de la banque centrale. Il ne serait pas facile pour lui d’exiger le même respect et l’adhésion que l’ancien souverain. Les finances publiques tendues et le chômage élevé constitueront un défi pour le nouveau dirigeant sur le territoire national; tout en résistant à la pression extérieure pour choisir son camp dans la rivalité régionale mettra à l’épreuve ses prouesses à maintenir une politique étrangère neutre. Néanmoins, après avoir prêté serment en tant que sultan d’Oman, Haitham bin Tariq a assuré qu’il poursuivrait la politique de relations amicales de son prédécesseur avec toutes les nations tout en développant davantage le pays.

Muscat a déclaré trois jours de deuil officiel pour Qaboos bin Said et a annoncé que pour les 40 prochains jours, les drapeaux seront déplacés en berne. Des pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Iran, l’Arabie saoudite, le Qatar, les Émirats arabes unis, la Turquie, la Jordanie, l’Égypte et Bahreïn ont présenté leurs condoléances et ont  exprimé leur chagrin face à la perte d’un politicien chevronné. Le Premier ministre indien Narendra Modi a rendu un hommage élogieux au dirigeant omanais et a déclaré que le sultan Qaboos était “un phare de paix pour notre région et le monde” tout en soulignant que Qaboos était “un véritable ami de l’Inde”. Le Président indien, M. Ram Nath Kovind, a qualifié le sultan Qaboos “d’ami proche de l’Inde” et a noté que le monde avait perdu “un grand leader et un homme d’État qui a travaillé sans relâche pour instaurer la paix dans la région et dans le monde. “Le ministère indien des Affaires intérieures a déclaré que l’Inde a observé le deuil officiel le 13 janvier en signe de respect envers Sa Majesté le sultan Qaboos bin Said Al Said. Le drapeau indien a flotté en berne tout au long de la journée. M. Mukhtar Abbas Naqvi, ministre indien des Affaires des minorités, dirige la délégation indienne à Mascate le 14 janvier 2020 pour présenter ses condoléances au nom du gouvernement et du peuple de l’Inde.

Tout en présentant ses condoléances pour la mort du sultan Qaboos, le Premier ministre Modi a indiqué que le sultan décédé “avait fait preuve d’un leadership solide pour développer un partenariat stratégique dynamique” entre l’Inde et Oman. M. Modi a félicité le nouveau Sultan et a déclaré que l’Inde attendait avec intérêt de travailler main dans la main avec le Sultan Haitham pour renforcer encore le partenariat stratégique. L’Inde et Oman partagent une relation stratégique et cordiale et les deux pays sont des partenaires naturels engagés dans le commerce depuis l’Antiquité. L’Oman accueille plus de 800 000 expatriés indiens qui envoient des fonds chez eux. Les travailleurs indiens ont apporté une contribution significative au développement global du Sultanat. L’Inde attend avec intérêt de maintenir des relations étroites avec Oman sous le nouveau Sultan et souhaite s’engager au même niveau que précédemment.

Texte du Dr LAKSHMI PRIYA, analyste de recherche, IDSA

Traduction : SAVITA P.TANEJA, Responsable du service français d’ESD, AIR.