LE MINISTRE INDIEN DE LA DÉFENSE DIT QUE L’INDE S’ENGAGE À LA PAIX MAIS PRÊTE À PROTÉGER L’INTÉGRITÉ  TERRITORIALE

Le ministre indien de la Défense Rajnath Singh a informé la Lok Sabha (Chambre basse du Parlement indien) de la situation dans l’est du Ladakh. Le ministre de la Défense a déclaré que l’Inde estime que les alignements à la frontière indochinoise sont basés sur des principes géographiques bien établis confirmés par des traités et des accords, ainsi que sur des usages et des pratiques historiques, bien connus depuis des siècles des deux côtés. La position chinoise, cependant, est que la frontière entre les deux pays n’a pas été formellement délimitée.

L’Inde et la Chine ont officiellement convenu que la question de la frontière est une question complexe qui exige de la patience et se sont engagées à rechercher une solution juste, raisonnable et mutuellement acceptable par le dialogue et des négociations pacifiques. Dans l’intervalle, les deux parties conviennent également que le maintien de la paix et de la tranquillité dans les zones frontalières est une base essentielle pour le développement ultérieur des relations bilatérales.

Le ministre indien de la Défense a déclaré que, dans le cadre de divers accords, les deux parties sont convenues de maintenir la paix et la tranquillité le long de la ligne de contrôle effectif (LAC) sans préjudice de leurs positions respectives sur l’alignement de la LAC ainsi que sur la question des frontières. C’est sur cette base que nos relations d’ensemble ont également connu des progrès considérables depuis 1988. La position de l’Inde est que si les relations bilatérales peuvent continuer à se développer parallèlement aux discussions sur le règlement de la question des frontières.

Le ministre de la Défense a informé la Chambre que depuis avril, l’Inde avait remarqué une accumulation de troupes et d’armements de la part de la Chine dans les zones frontalières adjacentes à l’est du Ladakh. Début mai, la partie chinoise avait pris des mesures pour entraver le schéma de patrouilles normal et traditionnel des troupes indiennes dans la région de la vallée de Galwan, ce qui a abouti à une confrontation. Alors même que cette situation était traitée par les commandants terrestres conformément aux dispositions des accords bilatéraux et du protocole, à la mi-mai, la partie chinoise a tenté à plusieurs reprises de transgresser la LAC dans d’autres parties du secteur occidental. Cela comprenait Kongka La, Gogra et la rive nord du lac Pangong. Ces tentatives ont été détectées tôt et ont été donc répondu de manière appropriée par nos forces armées.

L’Inde a clairement fait savoir à la Chine par les voies diplomatique et militaire que Pékin tentait de modifier unilatéralement le statu quo. Il a été catégoriquement exprimé que cela était inacceptable.

M. Singh a déclaré que la conduite de nos forces armées tout au long de ces incidents montre que si elles ont maintenu «Sayyam» (patience) face à des actions de provocation, elles ont également fait preuve de «Shaurya» (bravoure) lorsque cela était nécessaire pour protéger l’intégrité territoriale de Inde.

Le Ministre de la Défense a déclaré que personne ne devrait douter de la détermination de l’Inde à protéger ses frontières. L’Inde estime que le respect mutuel et la sensibilité sont à la base de relations pacifiques avec ses voisins. Il a dit que l’Inde voulait résoudre la situation actuelle par le dialogue. Dans les discussions avec la Chine, l’Inde a maintenu les trois principes clés qui déterminent l’approche de New Delhi: les deux parties doivent strictement respecter et observer la LAC; aucune des deux parties ne devrait tenter de modifier unilatéralement le statu quo; et tous les accords et protocoles entre les deux parties doivent être pleinement respectés dans leur intégralité.

Les actions de la Chine reflètent un mépris flagrant de divers accords bilatéraux. Le rassemblement des troupes par la Chine va à l’encontre des accords précédents. Le respect et l’observation stricte de la LAC (ligne de contrôle effectif) est la base de la paix et de la tranquillité dans les zones frontalières et est explicitement reconnu dans les accords de 1993 et de 1996. Si les forces armées indiennes s’y conforment scrupuleusement, cela n’a pas été rendu par la partie chinoise.

Le ministre de la Défense a souligné que l’Inde restait déterminée à résoudre les problèmes actuels dans nos zones frontalières grâce à un dialogue et des consultations pacifiques. C’est dans la poursuite de cet objectif qu’il a rencontré son homologue chinois à Moscou et a tenu des discussions approfondies avec lui. Il a été exprimé en termes clairs que les préoccupations de l’Inde concernaient les actions de la partie chinoise, y compris le rassemblement d’un grand nombre de soldats, leur comportement agressif et les tentatives de modifier unilatéralement le statu quo qui étaient en violation des accords bilatéraux. Le ministre indien des Affaires extérieures aussi a rencontré le ministre chinois des Affaires étrangères à Moscou.

Les deux parties sont parvenues à un accord qui, s’il est mis en œuvre sincèrement par la partie chinoise, pourrait conduire au désengagement complet et au rétablissement de la paix et de la tranquillité dans les zones frontalières.

Le ministre de la Défense a assuré à la Chambre que le moral des forces armées indiennes était très élevé. La visite rassurante du Premier ministre a permis à nos commandants et soldats de comprendre que la nation tout entière les soutient. M. Singh a exhorté la Chambre à adopter une résolution en faveur des forces armées qui ont défendu la patrie à de grandes hauteurs et dans des conditions météorologiques très hostiles au Ladakh pour notre sûreté et notre sécurité.

Texte rédigé par PADAM SINGH, Analyste de nouvelles, AIR.

Traduction: SAVITA P.TANEJA, Responsable du service français d’ESD,AIR.